AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lacie Baskerville
Lacie Baskerville



Carte d'identité
Je suis lié(e) à : Miku
Je participe à la Battle :: Non
Je suis armé : :
Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite} Vide
MessageSujet: Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite}   Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite} I_icon_minitimeMer 28 Mar - 12:54

{Début du RP Ici~}

- Je pensais aller me restaurer.

Mon visage s'illumina en une fraction de secondes. Bien que je n'avais pas vraiment faim, l'idée d'aller au réfectoire avec elle me plaisait énormément. Au point....au point de lui prendre la main et lui disant :

- Allons-y ensemble !

Je lui pris donc la main et nous nous dirigeâmes vers le réfectoire. Je nous faisais déambuler, parfois en m'arrêtant, pour savoir un peu où nous nous trouvions, et reprenais la marche de plus belle quelques secondes après. Je la tenais alors toujours par la main, quand nous arrivions devant le réfectoire. J'ouvris la grande porte et la lâchai, pensant que je n'allais pas la traîner toute la journée derrière moi. J'ai pris un plateau, suivi d'Elisabeth, et ne prit pas grand choses, en fait, je me contentai d'une salade, je n'avais pas si faim que ça. Elisabeth pris également de quoi manger et nous nous avancions au milieu de la salle. Bon, il n'y avait pas de table li- Ah si ! Là-bas ! Je lui montrai alors la table qui venait tout juste de se libérer et nous nous dirigeâmes vers elle pour nous poser. Je soupirai satisfaite d'avoir trouvé de la place, et moi qui pensais qu'on serait restés plantés la toutes les deux comme....ben....comme ceux qui cherche une table depuis tout à l'heure.

- Heureusement qu'on a trouvé de la place, sinon..., dis-je en tournant ma tête vers les autres élèves qui tournaient la tête à droite à gauche, cherchant un place.

Je pris mes couverts et lui lançait un « Bon appétit » enjoué avant de piquer ma fourchette dans la salade. Un plat frais avec la température qu'il faisait, ça faisait du bien, bien que le vent rafraîchissait un peu. Nous mangeâmes silencieusement, sans qu'aucunes de nous ne prennes la parole, bien que le chahut qu'il y avait comblait le vide qu'il y avait entre nous. Bon, objectif de maintenant, trouver un sujet de conversation, un sujet de conversation....un suj- Ah, je sais.

- Dis Elisabeth, tu as d'autres passe-temps à part le Kendo et le violon ?

Je sais, ce n'était pas la meilleur question que l'on pouvait poser, mais, quitte à partager la même chambre, j'aimerais beaucoup connaître ses centre d’intérêts aussi. Mais plus je la regardais, plus je trouvais qu'il y avait une certaine grâce dans ses gestes. Cette pensée me fit sourire, en même temps, c'est ce qu'on attend d'une violoniste, non ? Des gestes gracieux et de la prestance, elle incarnait tout ceci je trouve. C'est alors qu'un groupe de filles me sortit de mes pensées. Hmm, quoi, il y avait un problème ? Une des jeune fille prena la parole, alors que je la regardais les yeux grands ouverts.

- Vous êtes deux sur une table de six et nous sommes cinq. Alors vous allez partir, c'est compris ?!

Ah, c'était ça le problème, elle n'était pas bien commode en plus. Je ne crois pas que le mot « discipline » soit dans leur vocabulaire, mas autant se montrer polie, ça déstabilise les gens quelques fois. Je leur fis un grand sourire et dit :

- Mais bien sur que non. Après tout, nous sommes arrivés ici avant vous, donc en toute logique cette table nous reviens, quelque soit le nombre que vous êtes. Vous êtes bien bruyantes pour une chose aussi futile. Puis, permettez moi de vous dire que déranger les gens alors qu'ils sont en train de manger est malpoli, vous serez donc gentilles d'aller voir ailleurs, dit-je toujours le sourire aux lèvres.

Bon, déstabilisation réussie, mais elle ne semblait pas vouloir abandonner si facilement. Je soupirai intérieurement. Ces filles étaient vraiment assommantes, et leur comportement était des plus exécrable. L'idée de brandir un de mes katanas et de les remettre à leur place me traversai l'esprit. Euh...taux d'exposition proche des 100 %, donc à éviter je pense.
[HRP: C'pas bien long, gômen >.<
Merci, merci 8D
J'aime sociabiliser les gens \o/]
Revenir en haut Aller en bas
Elisabeth d'Aurexel
Elisabeth d'Aurexel



Carte d'identité
Je suis lié(e) à : Personne pour le moment o/
Je participe à la Battle :: Oui
Je suis armé : : D'un archet dont le bois est une lame... *w*
Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite} Vide
MessageSujet: Re: Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite}   Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite} I_icon_minitimeMer 28 Mar - 15:37

Elle m'entraîna ainsi jusqu'au réfectoire, courant, s'arrêtant, bifurquant, où elle me lâcha enfin. Je me frottai machinalement le poignet. Je n'appréciais pas les contacts prolongés avec les autres êtres humains. Elle s'engagea sur les rails du self en saisissant un plateau et je l'imitai sans poser de questions. Après tout, je n'avais qu'à la traiter comme de l'air. Mon plateau était d'un gris sombre et sale. Je pris des couverts et choisis une assiette de riz accompagnée de rôti de porc – le « plat du jour », dirons-nous. Je notai que Lacie ne prenait qu'une maigre salade. Comment pouvait-elle être kendoka en mangeant si peu... ?

Ma camarade s'avança dans le réfectoire et me désigna du doigt une table venant tout juste de se libérer. Parfait, je n'aurai donc qu'une seule personne à supporter. Je m'asseyai et elle fit de même.
- Heureusement qu'on a trouvé de la place, sinon... soupira-t-elle en jetant un coup d'oeil vers la file d'élèves qui ne cessaient d'arriver.
Effectivement, je n'aurais pas souffert* d'attendre qu'une table se libère afin de manger, surtout en présence de quelqu'un d'aussi extraverti.
- Bon appétit ! lança-t-elle avec son sempiternel sourire.
Je ne pris pas la peine de répondre. Elle finira bien par se lasser. Je commençai à manger mon riz et ma viande, dont, je dois l'avouer, la cuisson était excellente. Lacie picora dans sa propre assiette, ne contenant qu'une pauvre salade défraîchie.
Après un temps de flottement, elle reprit la parole, certainement afin de meubler ce silence qui devait la gêner.

- Dis Elisabeth, tu as d'autres passe-temps à part le Kendo et le violon ? demanda-t-elle.
Mais quelle est cette fille, si intéressée par la vie des autres ? Elle me sidère. J'allais lui répondre laconiquement lorsqu'un groupe de filles nous aborda. Elle étaient plus jeunes que nous et sentaient la cigarette à plein nez ; cela ne les empêcha pas pour autant de nous parler avec insolence.
- Vous êtes deux sur une table de six et nous sommes cinq, lâcha l'une d'entre elles. Alors vous allez partir, c'est compris ?!
Je ne crois pas avoir bien entendu. Vous allez partir hors de ma vue et je vais rester ici. Quand à ma voisine, je n'en ai cure.
En parlant de Lacie, elle se tourna vers elles et leur répondit, sans se départir de son sourire.

- Mais bien sûr que non. Après tout, nous sommes arrivées ici avant vous, donc en toute logique cette table nous reviens, quelque soit le nombre que vous êtes. Vous êtes bien bruyantes pour une chose aussi futile. Puis, permettez-moi de vous dire que déranger les gens alors qu'ils sont en train de manger est malpoli, vous serez donc gentilles d'aller voir ailleurs.
Belle tentative, Lacie, mais je crains que cela ne suffise pas. Ces pimbêches sont la stupidité même, s'adresser à elles de cette manière ne va hélas pas les faire décamper. Je crains qu'il ne faille faire autrement.
Et ne me mets pas dans le même sac que toi, je te prie.
Effectivement, elles ne déguerpissent pas et s'acharnent même.
- Arrête de faire ta belle, on a besoin de cette table, alors toi et ta copine vous dégagez et vous allez bouffer ailleurs.

Je levai les sourcils et soupirai, assez fort pour qu'elles m'entendent. Je poussai légèrement mon assiette, remontai mes lunettes et me levai. J'étais plus grande que celle qui avait parlé et qui m'importunait depuis tout à l'heure. Parfait. Je la fixai dans les yeux, de mon regard de glace, et ouvris la bouche.
- Silence, intimai-je. Tu sens horriblement mauvais, un mélange de sueur, de cigarette et de déodorant. Tu me déranges et tu es inutile. Je ne te ferai pas le plaisir de te laisser gentiment la place, alors tu peux t'en aller, et si tu ne veux pas, c'est pareil.
Elle ne pipa mot et tenta quelques secondes de soutenir mon regard. Puis elle lâcha un « Venez les filles, on s'arrache » avant de déguerpir et de miraculeusement trouver une table de libre à quelques mètres.

Je me rassis calmement. Quelques personnes avaient suivi l'échange, et je les ignorai royalement. Je mangeai une bouchée, déglutis et m'adressai à Lacie.
- J'allais donc dire que je pratiquais également le karate, le taekwondo, l'aïkido et l'escalade, renseignai-je, espérant sans conviction que sa curiosité serait enfin satisfaite.

[HRP : Owata ! \o/
* : parfois, ça lui pète, Eli' parle en français du XVII° siècle =w= en l'occurrence, ça veut dire qu'elle n'aurait pas supporté de rester plantée là (parce que overdose de Molière + hantise des répétitions = idées bizarres =w=). Voilà =w=]
Revenir en haut Aller en bas
http://blogofelalya.blogspot.com
Lacie Baskerville
Lacie Baskerville



Carte d'identité
Je suis lié(e) à : Miku
Je participe à la Battle :: Non
Je suis armé : :
Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite} Vide
MessageSujet: Re: Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite}   Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite} I_icon_minitimeDim 1 Avr - 13:09

- Arrête de faire ta belle, on a besoin de cette table, alors toi et ta copine vous dégagez et vous allez bouffer ailleurs.

Le mot de trop, oui, elle avait eu le mot de trop. Moi qui ne m'énervais jamais en plus. Je soupirai d'exaspération et mis ma main sur le manche d'un de mes katanas. C'est alors qu'Elisabeth soupira. Bon, je suppose que c'est elle qui allait régler ce problème. C'est là que je me rends compte qu'au fond, je ne suis pas bien forte, surtout sur le plan mental. Même si je tiens tête aux gens, parfois, j'aimerais aussi avoir autant d'assurance qu'Elisabeth.

- Silence, lâcha-t-elle sèchement, Tu sens horriblement mauvais, un mélange de sueur, de cigarette et de déodorant. Tu me déranges et tu es inutile. Je ne te ferai pas le plaisir de te laisser gentiment la place, alors tu peux t'en aller, et si tu ne veux pas, c'est pareil.

La jeune fille regardait Elisabeth dans les yeux, et finit par baisser la tête en disant un «  Venez les filles, on s'arrache » pas très sympathique et se dirigeant vers une table venant de se libérer. Ah, quelle adorable jeune fille – ironie, douce ironie -. Certains élèves nous regardait, comme quoi, on ne pouvait jamais passer inaperçu ici, il fallait toujours que quelqu'un vous trouve étrange et qu'il vous cherches. Elle pris une bouchée de son plat, la mangea et me répondit après.

- J'allais donc dire que je pratiquais également le karate, le taekwondo, l'aïkido et l'escalade.

Woa, ça faisait beaucoup dis donc. Vous m'étonnez qu'elle a une certaine confiance en elle, vu qu'elle doit savoir parfaitement se défendre contre n'importe qui. J'aimerais bien moi aussi me faire respecter comme ça, mais ma nature à tout accepter - ou presque – et à sourire doit m'en empêcher. Je soupirai mentalement, tout en piquant une seconde fois dans ma salade et en manger un peu. Je reportai mon regard sur Elisabeth.

- Tu sais, je t'admire vraiment, dis-je doucement. Tu es forte et tu te fais respecter par tout le monde. Tu as une certaine assurance dans tes paroles et dans tes gestes, tu as de la chance.

Je soupirai une seconde fois dans ma tête, et continuai de manger silencieusement, évitant les regards des serveurs sur nous. Oui, depuis quelques minutes, les garçons qui s'occupaient du service n'arrêtait pas de regarder vers nous depuis qu'Elisabeth avait remballé le groupes de filles. Leurs regards me brûlait la tête, c'était horrible.

- Et dire qu'on est observés, dis-je en lâchant un soupir ensuite.

Je jetai un coup d'oeil derrière moi, et vu les serveurs, tout sourire. Je me retournai aussi vivement. Leurs sourires....il était assez effrayant d'un côté. Je mangeai alors machinalement, histoire de faire semblant d'avoir quelque chose à faire.

[HRP: Désolé, c'est pas très long >.<
xD Mais c'est beau l'ancien français 8D]
Revenir en haut Aller en bas
Elisabeth d'Aurexel
Elisabeth d'Aurexel



Carte d'identité
Je suis lié(e) à : Personne pour le moment o/
Je participe à la Battle :: Oui
Je suis armé : : D'un archet dont le bois est une lame... *w*
Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite} Vide
MessageSujet: Re: Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite}   Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite} I_icon_minitimeDim 1 Avr - 14:41

Lacie avait ouvert des yeux étonnés et ravis en entendant la liste des autres sports que je pratiquais. Je ne voyais pas en quoi cela était si impressionnant. Elle picora de nouveau dans son assiette et prit la parole, les yeux légèrement baissés.
- Tu sais, je t'admire vraiment, dit-elle doucement. Tu es forte et tu te fais respecter par tout le monde. Tu as une certaine assurance dans tes paroles et dans tes gestes, tu as de la chance.
De la chance ? En quoi est-ce une chance, d'être seule, toujours, discriminée, rejetée ? C'est parce que la vie est cruelle qu'il faut se redresser, tête haute, et ne jamais se laisser faire. Je hais les autres, je les exècre, pour leur bêtise, leur stupidité, leur méchanceté. Alors je m'affirme, je m'emmure, je ne laisse rien paraître et je ne cherche pas à me lier.

Mais Lacie est étrangement différente. Elle a beau avoir un côté particulièrement naïf, elle est agréable, bien que collante. Mais elle ne peut comprendre cela. Néanmoins, elle ne cherche pas à savoir, malgré tous ses défauts, elle sait demeurer à sa place avec discrétion.
Oui, cela me coûte de me l'avouer, mais... j'apprécie ma camarade. Je grinçai des dents à cette idée. La faiblesse m'envahirait-elle ?
Nous continuions à manger.
Je sentais un regard peser sur ma nuque, et ce depuis que je m'étais rassise. C'était gênant et surtout, horripilant. Je décidai d'ignorer cela, mais cela me brûlait la nuque, m'exaspérant.

- Et dire qu'on est observées, dis-je en lâchant un soupir ensuite.
C'était donc cela. Je me retournai. Des garçons en uniforme faisaient le service, apportant leur repas aux infirmes ou aux paresseux, débarrassant les tables. L'un d'entre eux avait les yeux fixés sur Lacie et moi, sourire aux lèvres, regard intéressé. Je lâchai un soupir méprisant et repris ma position initiale.
- Que s'imaginent-ils donc ? lâchai-je après avoir avalé une autre bouchée de riz.
Je remontai machinalement mes lunettes.
D'un vif coup d'œil, je constatai que celui-là n'était pas le seul. Deux ou trois autres nous observaient, à travers la salle, un sourire malsain flottant sur leurs beaux visages. Je serrai les dents. Je les haïssais déjà.

L'un s'approcha de nous, un sourire séducteur aux lèvres. Ses cheveux étaient blonds comme les blés et ses yeux brillaient de l'éclat d'une émeraude. Sa bouche aux lèvres fines laissaient entrevoir des dents blanches immaculées. Le parfait bellâtre exaspérant. Du coin de l'œil, j'aperçus le groupe de pimbêches chuchoter furieusement, en nous montrant du doigt. Elles paraissaient outrées, révoltées, jalouses. En un mot, stupides.
- Bonjour, jeunes demoiselles, susurra-t-il à notre encontre, d'une voix suave. Comment vous appelez-vous ?

Je serrai les dents. Il m'importunait, je voulais qu'il me fiche la paix. Décidément... la paix n'existe que dans la tombe.
Mais nous n'avions d'autre choix que de répondre. Lacie se présenta la première.
- Je m'appelle Lacie Baskerville, enchantée, répondit-elle.
Ah, peut-être pas si naïve que cela. Elle est tout de même capable d'hypocrisie. Une attitude exécrable, à qui j'ai pourtant bien des fois eu recours...
- Elisabeth d'Aurexel, lâchai-je d'une voix glaciale, sans même le regarder.
Ces filles m'avaient plus qu'agacée. Si ce serveur ne décampait pas très vite, je devrais prendre sur moi pour paraître parfaitement calme et neutre, et cela risquerait de me demander une énergie considérable.

[HRP : Owata ! \o/
Je crois que tu as gagné 8DD]
Revenir en haut Aller en bas
http://blogofelalya.blogspot.com
Lacie Baskerville
Lacie Baskerville



Carte d'identité
Je suis lié(e) à : Miku
Je participe à la Battle :: Non
Je suis armé : :
Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite} Vide
MessageSujet: Re: Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite}   Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite} I_icon_minitimeDim 1 Avr - 15:49

- Que s'imaginent-ils donc ?

Bonne question, mais ils ne doivent pas avoir les pensées bien placés vu la façon avec laquelle ils nous regardaient. Je murmurai un « Va savoir. » discret pour que ces jeunes hommes n'entendent pas. Hmm, et apparemment, ils étaient plus nombreux à nous observer que ce que je croyais. Et leurs sourires....j'avais presque l'impression de les voir entouré d'une aura noire. C'est sur, leurs intentions étaient sûrement hostiles. Elisabeth les fixai de loin, le regard noir. Bon, au moins je n'étais pas toute seule à penser qu'ils étaient euh...étranges ? Un des garçons s'approcha de notre table, les cheveux blonds, les yeux d'un vert émeraude éclatants, c'en était presque aveuglant quand on le regardait. Quand le jeune garçon fut arrivé près de nous, des chuchotements attirèrent mon attention. Le groupe de filles de tout à l'heure chuchotai des choses incompréhensibles, tout en nous montrant du doigts, en colère et semblait être jalouse. Jalouse de quoi ? Je n'en voyais même pas la raison, elles étaient idiotes.

- Bonjour, jeunes demoiselles. Comment vous appelez-vous ?

Décidément, la tranquillité est un mot effacé de tout vocabulaire et dictionnaire ici. Élisabeth ne m'embêtait pas du tout, c'est juste ces garçons là qui étaient exaspérants. Sachant qu'Elisabeth ne semblait pas vouloir prendre la parole, je décidai donc de briser le silence, ne voulant pas mettre mal à l'aise ce garçon. Après tout, il avait été poli envers nous, il n'y a pas de raison qu'on ne soit pas polie envers lui, quoique j'avais des doutes quand même.

- Je m'appelle Lacie Baskerville, enchantée, répondis-je.

Le garçon se mit soudainement à me sourire. Ah, code rouge ! Je frémis alors, son sourire était machiavélique, il me faisait assez peur, bien que les fantômes étaient beaucoup plus effrayants. Elisabeth, plus exaspéré que jamais se présenta à son tour.

- Elisabeth d'Aurexel, dit-elle d'un ton glaciale.

Le ton qu'avait emprunté Elisabeth avait mis le jeune garçon mal à l'aise, il semblait déstabilisé. Bien joué. C'est alors que je fis un grand sourire au serveur, qui m'en adressai un également. Non, il avait mal interprété mon sourire, je ne l'invitai pas à venir, mais plutôt à s'en aller, pour que l'on soit enfin tranquilles. Bon, il ne semblait pas avoir compris, il fallait donc que j'utilise la parole. C'était donc si difficile de deviner ce qu'une personne voulait dire en déchiffrant l'expression de son visage ?

- Excusez moi, mais je crains que nous nous soyons mal compris. Nous recherchons la tranquillité, bien qu'elle semble difficile à trouver ici, alors, pouvez vous nous laisser tranquille s'il vous plaît ?, dis-je toujours le sourire aux lèvres.

Puisqu'il semblait vouloir m'effrayer avec ses sourires bizarres, moi aussi je vais faire la technique du sourire entouré d'une aura noire. Le garçon semblait encore plus déstabilisé qu'il ne l'était auparavant, bien. Il s'inclina et nous murmura un « Excusez moi, et bonne appétit » pour ne pas que les autres l'entendent. C'est alors que le chahut habituel du réfectoire repris, nous offrant enfin une tranquillité bien mérité. Je m'étirai alors de tout mon long avant de reprendre une bouchée de ma salade. Je déglutis avant de dire :

- Eh bien, personne n'est décidé à nous laisser tranquilles aujourd'hui, dis-je en laissant échapper un petit rire.

C'est vrai que nous n'avions vraiment pas eu de chance aller sur cette table, tomber sur ses filles et être aborder par ce garçon.

- Enfin, nous avons fait partir tous les gêneurs, dits-je en tournant la tête vers le groupe de filles de tout à l'heure. Enfin...presque.

Les filles étaient encore entrain de nous rabaisser, et parlait assez fort pour que nous les entendions. Oh non, ça recommence.

[HRP : Win ! 8D
J'espère que ça te va, c'est pas super >.<]
Revenir en haut Aller en bas
Elisabeth d'Aurexel
Elisabeth d'Aurexel



Carte d'identité
Je suis lié(e) à : Personne pour le moment o/
Je participe à la Battle :: Oui
Je suis armé : : D'un archet dont le bois est une lame... *w*
Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite} Vide
MessageSujet: Re: Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite}   Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite} I_icon_minitimeLun 9 Avr - 17:08

Le serveur sembla déstabilisé par ma réponse. Vu son physique et son assurance, il ne devait pas se faire rembarrer très souvent. Mais il demeura à côté de nous tandis que Lacie reprenait la parole.
- Excusez moi, mais je crains que nous nous soyons mal compris, lâcha-t-elle. Nous recherchons la tranquillité, bien qu'elle semble difficile à trouver ici, alors, pouvez vous nous laisser tranquille s'il vous plaît ?
Lacie, tu parles trop. Une réplique plus courte serait plus efficace.
Néanmoins, elle eut l'effet escompté. Le serveur fronça les sourcils, ébranlé, et se redressa. Son visage paraissait troublé et incrédule, il ne comprenait pas ce qui venait de lui arriver. Il n'en menait pas large. Il s'inclina avec stupeur et murmura un « Excusez moi, et bon appétit » quasiment inaudible. Qu'il aille au diable.
Ce ne fut que lorsque le brouhaha ambiant reprit et s'intensifia que je me rendis compte que le volume de la salle avait curieusement baissé durant notre échange. Le groupe de filles nous regardait avec indignation. Cela attisait ma curiosité. Auraient-elles préféré être à notre place ? C'est la meilleure !
Lacie s'étira comme un chat avant de reprendre une bouchée de salade. Pour ma part, j'avais presque terminé mon assiette. Puis elle repris la parole – encore.
- Eh bien, personne n'est décidé à nous laisser tranquilles aujourd'hui, soupira-t-elle en laissant échapper un rire léger.

En effet, et j'apprécierais que cela cesse. J'aperçus du coin de l'œil plusieurs serveurs – ils étaient vraiment tous identiques – discuter entre eux en jetant des regards vers nous. Je crains d'avoir déjà une réputation solide.
- Enfin, nous avons fait partir tous les gêneurs.
Tous ? Non, il y a encore cette bande de filles stupides qui nous envient et nous jalousent, et qui seront probablement prêtes à inventer et faire courir des ragots.
- Enfin... presque.
Juste.
Le groupe de pimbêches en question parlait tellement fort qu'on devait probablement les entendre jusqu'au fond du réfectoire. Ce qu'elles racontaient étaient passablement inintéressant.
- Ouais, c'est juste des grognasses qui veulent faire chier leur monde...
Et cela continuait ainsi. C'était désespérant. Je laissai échapper un soupir blasé. N'y a-t-il aucune lumière ici ? Dois-je me contenter des affres ténébreux de la bêtise et de la stupidité ?
Je me rendis compte que j'avais fini mon assiette, contrairement à Lacie qui mangeait à une allure d'escargot. Qu'il en soit ainsi. Je me levai en prenant mon plateau.
- J'ai fini, renseignai-je inutilement. Je sors.
Je me demande pourquoi je lui ai annoncé cela. Je n'ai que faire d'elle, pourquoi lui annoncer ce que je compte faire ? Probablement pour éviter ses prochaines questions.
Elle se leva aussitôt.
- Je viens avec toi !
Je soupirai intérieurement. Ce qu'elle est collante...

Elle se dirigea donc à ma suite vers la sortie, à côté de laquelle je posai mon plateau. La bande gloussante et médisante nous adressa quelques quolibets.
- Tête qu'elles ont !
- Arrêtez de faire vos belles !

J'étais sur le pas de la porte, Lacie juste derrière moi. Je tournai la tête, ne les regardant que d'un seul œil et d'un air glacial. Une pose savamment étudiée. Je ne laisse rien au hasard.
Je ne dis rien, je les regardai simplement ainsi, d'un air terrible, pendant quelques dixièmes de seconde, avant de reprendre mon chemin.
J'ignore totalement leur réaction, mais en tout cas, les insultes cessèrent immédiatement.

[HRP : et un pâté, un ! \o/
Désolée pour le retard ^^"]
Revenir en haut Aller en bas
http://blogofelalya.blogspot.com
Lacie Baskerville
Lacie Baskerville



Carte d'identité
Je suis lié(e) à : Miku
Je participe à la Battle :: Non
Je suis armé : :
Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite} Vide
MessageSujet: Re: Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite}   Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite} I_icon_minitimeMer 18 Avr - 14:17

- Ouais, c'est juste des grognasses qui veulent faire chier leur monde...

Et dans ce cas-là, que sont-elles ? Je n'eus même pas la courage d'y réfléchir. Le taux d'intelligence des ces jeunes filles dépassait sûrement la barrière légale de la stupidité, ou alors j'entends des voix. Ce qui semble ne pas être le cas puisqu'Elisabeth soupira. Elle jeta un coup d'oeil à son assiette, désormais vide. A croire que, malgré le fait qu'on nous est dérangés plusieurs fois, elle avait eu le temps de manger ce qu'elle avait pris. Quant à moi, n'en parlons même pas, je n'avais pas terminé ma salade. Elle se leva donc, prit son plateau.

- J'ai fini, m'annonça t-elle. Je sors.

Oh, déjà ? Je regardais mon plat, puis Elisabeth, puis le plat, puis Elisabeth, et ainsi de suite, et en même temps je réfléchissais. Devais-je rester là, ou l'accompagner ? J'ai du me répéter la question un bon nombre de fois, quand je décida de me lever également, et apparemment, je n'avais pas mis longtemps à réfléchir, vu qu'elle n'était toujours pas partie.

- Je viens avec toi !, dis-je la voix pleine d'enthousiasme.

Elle se contenta de me regarder et de se diriger vers la sortie. Après tout, je lui avais dis que je ne la lâcherais pas. Un sourire satisfait se dessina sur mes lèvres avant que je ne pose mon plateau. C'est alors que le groupe de tout alors nous fit l'honneur de nous adresser encore une fois la parole.

- Tête qu'elles ont !

- Arrêtez de faire vos belles !


Je ne fis même pas attention à leurs insultes, mais elles semblaient avoir atteintes Elisabeth. Si tout ça pars en vrille, je me demande vraiment ce qui va se passer. Je sortis enfin de mes pensées pour revenir à la réalité, et il n'y avais plus un bruit. Enfin si, mais ce que je voulais dire, c'est que je n'entendais plus d'insultes. Elles avaient donc cessés grâce à...Elisabeth. Ca ne m'étonne pas, bizarrement. Nous sortîmes alors du réfectoire pour aller je ne sais trop où. Le silence s'installa tranquillement pendant quelques minutes, et je décida alors de le briser.

- C'est impressionnant le respect qu'on les autres pour toi.

Phrase étrange au milieu d'un silence me direz-vous. Mais le respect qu'elle faisait régner autour d'elle me fascinait. J'ai toujours été inférieure aux autres depuis ma plus tendre enfance. Vous allez me dire, je ne cherche pas à être supérieure aux autres non plus. Mais dès que l'on viens me perturber, je ne sais jamais quoi dire ou quoi faire, je passe donc pour une jeune fille fragile. Peut être que c'est ce que je suis au fond. Je baissais la tête, tout en continuant à marcher, mes mèches de cheveux cachant mes yeux. Tiens, ça faisait longtemps que je n'avais pas été nostalgique, c'est une sensation assez étrange. Nous marchions donc sans un mot, jusqu'à ce que mon pied bute un caillou. C'est loin d'être intéressant, mais cette pierre attira ma curiosité. Il ressemblait fortement à une étoile. Je le pris, mais au moment d'entrer en contact avec ma main, il se cassa en deux. Zut, j'avais du frapper trop fort dedans. Je m'emparai des deux morceaux et revint à la hauteur d'Elisabeth. Pendant que l'on marchait, je m'amusais à défaire et assembler les deux morceaux qui s'emboîtaient parfaitement. Je pris alors la main d'Elisabeth et lui donna une des deux parties de la pierre en forme d'étoile.

- Ce ne signifie sûrement pas grand chose pour toi, mais prends ça comme un geste amical, dis-je en lui souriant.

Je jetai alors un coup d'oeil à ma montre qui affichait 13h 30, l'heure où je m'entraînais d'habitude au Kendo.

- Je suis désolé, je vais devoir te laisser, je dois retourner m'entraîner. J'espère que tu ne m'en veux pas trop de te laisser seule. A bientôt, dis-je en m'inclinant.

Je partis alors de mon côté, et me retourna une dernière fois, en lui accordant un sourire.

[HRP: Ca se termine donc là pour moi \o/
Si ça ne te convient pas, n'hésite à me le dire, je changerais ^w^]
Revenir en haut Aller en bas
Elisabeth d'Aurexel
Elisabeth d'Aurexel



Carte d'identité
Je suis lié(e) à : Personne pour le moment o/
Je participe à la Battle :: Oui
Je suis armé : : D'un archet dont le bois est une lame... *w*
Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite} Vide
MessageSujet: Re: Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite}   Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite} I_icon_minitimeDim 22 Avr - 19:13

Nous sortîmes donc du réfectoire et déambulâmes sans but dehors, dans la cour, sans échanger une parole. Je n'en avais pas envie. J'estimais que j'avais suffisamment parlé comme ça. Hélas, au bout de quelques minutes, miss Pipelette reprit la parole.
- C'est impressionnant le respect qu'on les autres pour toi.
Évidemment. Pour se faire respecter, il faut mentir sur ses sentiments, dire leurs quatre vérités aux autres, et être désagréable. Ne pas flancher, jamais. Paraître parfait et inébranlable. Bluffer. Mais avoir de la ressource. Être fort et savoir se défendre. Ne pas avoir peur ou, à défaut, ne pas la montrer. C'est ce que je mets en œuvre depuis toujours. Cela a toujours fonctionné.
Du coin de l'œil, je la vis baisser le menton, comme triste ou abattue. Je me fis la remarque que Lacie ne cherchait jamais à camoufler ses sentiments. Il était si facile de lire ses émotions. Elle est faible, quelque part. Soudain, elle s'accroupit et ramassa quelque chose par terre, avant de reprendre notre chemin. Je jetai un coup d'œil à ce qu'elle triturait. Elle tenait dans sa main deux minuscules cailloux qui, en s'emboîtant, formaient une petite étoile à cinq branches. Elle n'arrêtait pas de faire et défaire cette étoile. Que peut-elle donc lui trouver d'intéressant ? Puis elle saisit ma main et la présenta, paume tournée vers le ciel.

- Ce ne signifie sûrement pas grand chose pour toi, mais prends ça comme un geste amical, me confia-t-elle, tout sourire, en me plaçant dans la main l'une des deux parties puis en repliant mes doigts.
Que... ?
Qu'allait-elle donc s'imaginer ?! Je... je ne la comprends pas. Pourquoi me donner ceci... ? Pourquoi témoigner de la moindre amitié envers moi ? Je... je ne lui ai rien offert, rien dit... Elle semble me considérer comme son amie. Thomas et Marie agissaient ainsi, avant que je n'arrive à Broken Flower, mais... ce... ce n'est pas pareil. Trop de choses nous réunissent, Lacie et moi. Nous pratiquons le kendo, nous jouons d'un instrument de musique... Pourquoi investir un malheureux éclat de pierre d'une telle signification sentimentale ?
Si je sais ce que signifie cette donation dans un sens, je l'ignore totalement dans l'autre. Je ne sais comment recevoir ce cadeau. Lacie...

- Je suis désolé, annonça-t-elle, je vais devoir te laisser, je dois retourner m'entraîner. J'espère que tu ne m'en veux pas trop de te laisser seule. A bientôt.
Et elle s'en fut. Non, je ne t'en veux pas de me laisser seule. Mais tu me laisses une sensation étrange au fond de la gorge. Il y a une heure, je voulais te voir partir, me laisser tranquille et ne pas chercher à rester avec moi. Maintenant, je ne regrette absolument pas que tu t'en ailles, mais je me rends compte que je ne le souhaitais pas non plus. Tu... tu m'indiffères toujours, mais il y a quelque chose. Quelque chose que je ne comprends pas, que je ne conçois pas.
Ta jovialité, ton souci des autres, ton sourire, je ne les comprends pas. A mes yeux, tu vis dans un autre monde, qui est beau et idyllique. Ne te rends-tu pas compte de l'atrocité du mien ? Du nôtre ? Ne te réalises-tu pas la laideur de l'univers, de son caractère pitoyable et pathétique ? Ne vois-tu donc pas que nous n'avons aucun but, que nous errons dans les ténèbres ?
Cela, je ne pourrais te le dire. Je ne pourrai le dire à personne. Ce serait lui révéler mon âme, mettre mon identité même entre ses mains.
Je ne vis que pour le violon et les arts martiaux. Ils sont mon existence même. Je n'envisage rien de ce que je ferai après. Je n'envisage pas mon avenir, après Broken Flower. Mais toi ? Tu ne doutes de rien. Tu ris. Tu sembles être décalée. Je suis sur une fréquence, les autres sur une seconde, et toi sur une troisième. Tu es une autre, mais tu n'es pas comme eux.
Lacie Baskerville. Cela m'horrifie de savoir que j'ai encore énormément à apprendre de toi.

[HRP : Fini aussi ^w^ J'ai adoré RP avec toi >w<
On remettra ça, hein ? 8D]
Revenir en haut Aller en bas
http://blogofelalya.blogspot.com

Contenu sponsorisé


Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite} Vide
MessageSujet: Re: Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite}   Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite} I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Parce que la tranquillité n'existe pas ici, il va falloir se faire à cette idée [ Lacie x Elisabeth] {Suite}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quelle est cette étrange sensation ?... |Pv Vivaldi [Hentaï]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» [UploadHero] Les Réformés se portent bien [DVDRiP]
» Suite de l'arrivé d'une pauvre Neko (hentaï)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: 
Refectoire
-
Nos partenaires ♥
School Of Pub, forum d'entraide et de formations100
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit